Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 21

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal ― Photo : Freepik

Jour 21

Résumé :

La deuxième moitié de la Vigile de quarante jours a commencé. Tout comme les deux jours précédents étaient ensoleillés, le 21e jour a été joliment pluvieux du début à la fin de la journée, cessant environ une heure avant la fermeture à 19 h.

Soleil ou pluie, on ne sait jamais quand une conversation sur la vie peut commencer. Hier, pendant la pause de l’après-midi, je me suis rendu à l’une des trois toilettes chimiques des environs. Comme je quittais les lieux, le technicien de Sanivac qui était arrivé pour effectuer la maintenance des unités, me salua et commença ainsi une conversation de cinq minutes sur l’avortement. La question initiale était celle coutumière du cas de viol : si une femme conçoit lors d’un viol, ne peut-elle pas avorter ? Je commençai donc par faire la distinction entre le violeur et l’enfant conçu ; en ce qui concerne le premier, les lois existent pour rendre justice, tandis qu’en ce qui regarde l’enfant, étant à un stade précoce de son développement, il est unique et innocent. J’introduisis ensuite la notion de respect, comment toute vie mérite le respect, de la conception à une mort naturelle. Je ne sais si je convainquis le jeune homme, mais je prie pour que de bonnes semences fussent plantées.

Mardi 13 octobre 2020

Croix : présente — Annonciation

Temps et températures : pluie légère et constante

Participants : 6*

Heures : 7 h 30 à 19 h

Visiteurs : 7*

Prières : Saintes Plaies, chapelet de Saint-Michel, chapelet des Sept Douleurs, chapelet de la divine miséricorde (2x), Litanie des enfants à naître, chapelet de l’Enfant Jésus, chapelet à midi (par téléphone*), chemin de croix

Cliniques : ouvertes — deux ou trois clientes potentielles

Grâces collatérales :

  • l’opérateur de Sanivac
  • Pierre le mendiant a eu une journée bénie : un bon samaritain lui a fourni un petit déjeuner avec du A&W, le déjeuner sous forme McDonald, et un dîner consistant en spaghetti de DaGiovanni. De plus, une femme qui avait voulu lui offrir un café et un sandwich, trouvant le magasin fermé, décida de lui donner 20 dollars. Enfin, un bon samaritain lui a donné un chandail à capuchon et une écharpe avant que je ne parte des lieux le soir.

Sous-culture :

Sezni* était particulièrement chagrin au début, se plaignant à haute voix pendant un certain temps.


*Noms modifiés ou retirés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.


1 réaction

Svp vérifier votre courriel pour un lien pour activer votre compte.
  • Augustin Morin
    published this page in Blogue 40 jours 2020-10-14 19:06:00 -0400