Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jours 39 et 40

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : SnapwireSnap/Pixabay

Jour 39

Chers amis,

Belle journée ensoleillée, ciel bleu, brise légère, température élevée de 10 °C. De nombreuses familles se promenant en bicyclettes sur la piste cyclable près du lieu de la vigile. Interactions multiples.

Établissements en avortement : fermés

COVID-19, mise à jour : le village de tentes-pavillons continue d’être actif. Sinon, des rumeurs disent que la SPVM renforce sa surveillance, employant jusqu’à 30 cadets dans le parc La Fontaine pour faire respecter les règles de non-rassemblement. De plus, le JdeM écrit qu’un groupe tactique spécial allant jusqu’à 200 agents sera utilisé pour assurer l’espacement et autres règlements. En outre, aucun avis de stationnement n’a été placé à proximité du lieu de la vigile le long de la rue Berri et de la rue Sainte-Catherine. Romuald* le mendiant s’est fait dire plusieurs reprises de quitter la zone des tourniquets du métro et du bâtiment d’entrée.

Couverture horaire : douze heures de couverture complète de la vigile extérieure, moins quinze minutes pour arrivée tardive.

Participants (visites : 14 aujourd’hui, pour un total de 436 depuis le début de la vigie) : Régis*, Remèze*, Quitterie*, Rémi* (95e [participant]), Renaud*, Révérien*, Renée* (96e), Richard*, Rigobert*, Rioc*, Riquier*, Roland* (97e), Pulchérie*, Roch* (98e — de la Pointe).

Jour 40 et fin

Ciel couvert dès le début, avec bruine dans l’après-midi ; la vigile s’est terminée à 15 heures avec cinq d’entre nous récitant le chapelet de la Divine Miséricorde.

Établissements en avortement : fermés

COVID-19, mise à jour : le village de tentes-pavillons continue d’être actif. La SPVM est toujours présente, mais beaucoup moins accablante que les jours précédents.

Couverture horaire : huit heures de couverture de la vigile extérieure, moins quinze minutes pour arrivée tardive.

Participants (visites : 9 aujourd’hui, pour un total de 445 depuis le début de la vigile) : Rogatien*, Rodrigue*, Romain*, Romanos*, Roberte*, Regnobert*, Romaric* (97e), Providence*, Roméo*.

La vigile des 40 jours en plein air est terminée. Cependant, comme nous sommes entrés dans la Semaine Sainte et que j’ai été invité à commencer une Jéricho (prière de sept jours consistant à réciter le psaume 145 une fois par jour, et le dernier jour sept fois), commençant hier et se poursuivant jusqu’à samedi, je vais rencontrer deux amis sur le lieu de la vigile pour faire le Jéricho. Nous nous retrouverons à 8 heures, à l’ouverture des deux centres locaux d’avortement. Nous allons prier pendant une heure. Vous êtes invités à vous joindre à nous en esprit, ou en personne au coin de la rue Sainte-Catherine Est et de la rue Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.

Nous vous souhaitons à tous une Semaine Sainte bénie

B

PS Votre soutien, tant spirituel que financier, nous aide beaucoup à poursuivre nos efforts pour favoriser une culture de la vie selon notre tradition chrétienne.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jour 37

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : Pixabay/Pexels

Chers amis,

Je suis arrivé sur le lieu de la vigile préparé pour la pluie, vêtu d’un pantalon jaune et d’un imperméable, mais en arrivant j’ai trouvé un ciel nuageux partiellement entrebâillé sur du bleu. Je me sentais bizarre par rapport aux autres personnes qui étaient habillées de façon plus saisonnière ! Pourtant, peu après mon arrivée, le ciel s’est couvert et, à midi, la pluie a commencé à tomber et s’est rapidement transformée en une pluie régulière qui a duré jusqu’à la fermeture. Je suis vraiment satisfait de mon choix vestimentaire.

Deux incidents m’ont fait verser des larmes ce jour-là.

Contrairement aux deux jours précédents, je n’ai eu aucune difficulté à évaluer les allées et venues des personnes entrant et sortant des deux bâtiments abritant les centres d’avortement. Ce jour-là, j’ai estimé entre 25 et 30 clientes. Pendant l’afflux du matin, de 8 h à 10 h, pour la plupart des rendez-vous programmés, et que je me tenais à plus de 50 mètres, je me suis tourné vers la statue de la Sainte Mère qui surplombe la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes et j’ai lancé un appel à l’aide. Je me suis subordonné à sa volonté quant à la meilleure façon de prendre soin de ces femmes et de leurs enfants à naître. Je me suis senti tout petit.

J’ai pleuré une seconde fois au milieu de l’après-midi. Ramirus** est un mendiant local qui demande de l’argent devant les tourniquets du métro et qui sort de temps en temps pour fumer sur le lieu de la vigile. Nous nous sommes liés d’amitié depuis la vigile de l’automne 2019. Aujourd’hui, il se sentait heureux d’avoir atteint son quota assez tôt dans la journée. Dans sa joie, il a proposé d’acheter mon café du matin pour le lendemain parce qu’il est reconnaissant de la gentillesse que je lui témoigne. Ce témoignage de gratitude inattendu m’a profondément touché.

COVID —19, mise à jour : Le village de tentes-pavillons continue d’accueillir et de servir les nécessiteux. À deux reprises, les véhicules de la SPVM étaient manifestement près du lieu de la vigile, une fois lorsque j’étais seul et la seconde fois lorsque je récitais le chapelet avec un volontaire priant alors que nous déambulions le long de la promenade. Contrairement aux jours précédents, aucun avertissement n’a été donné. Un ami écrit que des amendes de 1 000 $ et plus seront désormais imposées [pour le non-respect de l’éloignement asocial].

Couverture horaire : vigile extérieure de douze heures complètes.

Participants (visites : 9 aujourd’hui, pour un total de 414 depuis le début de la veillée) : Rainier*, Ramirus**, Raoul*, Raphaël*, Rastislav*, Raymond* (deux fois), Réal*, un Érythréen.

JMJ

B

La vigile extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu’au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jour 36

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : kues1/Freepik

Chers amis,

Le soleil des deux jours précédents a fait place à un ciel couvert et à une forte humidité.

Journée de batailles, se terminant par une bénédiction.

L’humidité m’a accablé dès le début jusqu’en début d’après-midi ;

Jour de paie : Le premier du mois amène les versements de l’aide sociale gouvernementale. Malheureusement, les dépenses imprudentes de certaines personnes locales ont conduit à des comportements regrettables ; trop d’alcool pour certains, une grave surdose pour un autre (nécessitant le secours de la police et des ambulanciers), et la consommation de drogue pour d’autres.

Le gredin d’âge universitaire, et sophiste, est survenu pour la deuxième journée consécutive, jetant mépris et dérision à la foi chrétienne ; 

Bénédiction : La grâce du jour s’est produite en fin d’après-midi, quand j’ai été abordé par un jeune couple, peu enclin à l’avortement, demandant de l’aide pour la grossesse. La jeune femme de 22 ans est enceinte de 16 semaines et cherche à obtenir des informations sur les ressources disponibles. Après une brève discussion, nous avons convenu que je ferais quelques recherches et que nous pourrions nous reparler la semaine prochaine.

Établissement en avortement — Les deux établissements sont actifs, mais je n’ai pas pu noter le nombre d’entrées, en raison de distractions survenant autour du lieu de la vigile.

COVID —19, mise à jour : Le village de tentes-pavillons continue d’accueillir et de servir les nécessiteux. La SPVM a effectué une troisième visite en trois jours. Deux agents se sont approchés pour réprimander un volontaire priant pour ne pas avoir retenu son exubérante fille. Ayant garé leur véhicule à proximité ostensible des participants présents, les officiers ont observé la jeune fille se déplacer d’une personne à l’autre, entrant parfois en contact physique. Un gros non non.

Couverture horaire : vigile de douze heures complètes.

Participants (visites : 15 aujourd’hui, pour un total de 405 depuis le début de la veillée) : Prudent*, Quadratus*, Quentin*, Philomène*, Quieta*, Quirin*, Quodvultdeus*, Raban*, Radbod*, Rafqa*, Rainier*, Ralph*, Philotée* et Pétronille*, Rambert*. Absence : Perpétue* de Québec avait espéré passer la journée à la vigile. Mais les autorités de la gare ont rejeté l’idée : aucun voyage interrégional.

JMJ

B

La vigile extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu’au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jours 34 à 35


« Je suis au poste où m'a placé le Seigneur, et j'y demeure tout le jour; je monte ma garde, et j'y demeure les nuits » (Isaïe, 21 : 8).

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : schuetz mediendesign

Chers amis,

Jour 34, lundi 30 mars 2020 —Or Satan entra dans Judas (Luc 22:3)

Pluie régulière de la mi-matinée jusqu’à la fin de la journée, mais moins intense que la veille. Mes vêtements ont tenu le coup. 

Centres d’avortement — environ 8 à 12 femmes sont entrées dans l’un des deux centres ; la clinique Morgentaler semble fermée [elle est en fait ouverte, voir plus bas]. J’ai essayé de prendre contact avec au moins deux personnes : une femme et son complice [dans l’avortement]. La jeune femme, qui ne semblait pas avoir plus de 16 ans, était arrivée avant l’ouverture de 8 heures du matin et se promena aux alentours. Sa promenade l’amena à proximité du lieu de la vigile, et c’est à ce moment que j’ai montré mon panneau d’aide et lui ai fait signe de traverser la rue. Elle m’a ignoré. Le deuxième essai de prise de contact a été tout aussi infructueux. Après avoir accompagné la jeune femme, le jeune homme passait par le lieu de la vigile, et j’ai alors commencé à lui parler. Je lui ai dit que de l’aide était disponible, en lui indiquant les différents services et personnes à notre disposition. Bien qu’étant croyant, il m’a dit que leur décision avait été prise.

Mise à jour COVID-19 : Le village de tentes-pavillons continue d’accueillir et de servir les nécessiteux avec un petit déjeuner à 8 h 30 (muffin et café ou bouteille d’eau) et un déjeuner à 11 h 30 composé d’un rouleau de pain pita, d’une salade de pâtes et d’un petit sac de bâtonnets de légumes. La SPVM a monté d’un cran l’intensité de son travail. Depuis plusieurs jours, j’ai constaté une augmentation des patrouilles de véhicule, et ce jour-là, la même chose mais avec leurs sirènes hurlantes.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures de vigile extérieure, moins quinze minutes pour cause d’arrivée tardive. 

Participants (visites : 10 aujourd’hui, pour un total de 375 depuis le début de la vigile) : Philibert*, Philéas*, Phocas*, Pézenne* (Photine*, Pélagie*, Pie*, et Pénélope*), Pierrick*, Pirmin*, Placide*, Platon* (Polyeucte*), Pol*, Polycarpe*.

Jour 35

Chers amis,

Ensoleillement pour la majeure partie de la journée, mais il a fallu plusieurs heures pour réchauffer l’atmosphère.

Mise à jour sur les centres d’avortement — Les deux établissements sont actifs mais je n’ai pas pu noter le nombre d’entrées, en raison des nombreuses distractions qui arrivent au lieu de la vigile. Parmi ces dernières, il y avait les allées et venues de la foule des sans-abri qui affluent sur la place Émilie-Gamelin, pour le petit déjeuner, le déjeuner gratuit et les toilettes ; quatre toilettes chimiques ont été installées là depuis dimanche. Malgré le dérangement, j’ai pu opérer mon travail auprès de personnes post-avortement, tentant de communiquer avec ces femmes et leur complice, et à trois occasions, de leur offrir un chapelet.

COVID-19 Mise à jour : La SPVM poursuit ses patrouilles. Aujourd’hui, j’ai reçu un deuxième avertissement de violation du respect des distances en autant de jours ; pas d’amende mais seulement un avertissement, pour ne pas avoir respecté le périmètre de 2 mètres prescrit entre les personnes.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures de vigile extérieure

Participants (visites : 15 aujourd’hui, pour un total de 390 depuis le début de la vigile) : Pons*, Pontien*, Poppon*, Porphyre*, Pothin*, Prétextat* (qui a été témoin d’un incident survenu à la croix lors d’une fin de journée de la vigile), Principius*, le journaliste Ponce*, Privat*, Phœbé*, abbé Primaël*, Prosper*, Procope*, Priscille* et sa fille Praxède*.

JMJ

B

La vigie extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu’au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jours 30 à 32

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo (rognée) : ohurstov/Pixabay

Jour 29

Chers amis,

Ces derniers jours, j’ai expliqué comment la pandémie m’a permis d’évaluer plus clairement les personnes qui se rendent dans les deux centres locaux d’avortement et de leur transmettre éventuellement le message pro-vie. Ce jour, j’ai pu parler pour la seconde fois à l’une de ces personnes.

Comme hier, j’ai pu parler avec un père. Il avait accompagné sa petite amie dans le centre, mais n’avait pas été autorisé à y rester. Revenant sur ses pas, il vint à quelques pieds de moi. Je lui communiquai alors le message pro-vie et lui parlai des conséquences de l’avortement sur la femme. Il m’expliqua que lui et sa petite amie étaient tous deux des étudiants venus de l’Inde à Montréal. Leurs parents trouveraient inacceptable de savoir qu’ils avaient eu ensemble un enfant. L’offre de l’aider que je lui fis, ainsi que la réplique d’un fœtus de 10 semaines que je lui montrai, ne toucha pas son cœur. Il me répondit plutôt que le fœtus n’avait qu’une semaine et demie, ce qui est un mensonge puisque les avortements chirurgicaux ne commencent qu’à 8 semaines.

Demande de prière : Pas d’autres nouvelles de Sean. Il reste dans nos prières, espérant qu’il puisse voyager en toute sécurité dans les Maritimes et retrouver sa mère.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures de la vigile extérieure.

Participants (visites : 11 aujourd’hui, pour un total de 333 depuis le début de la vigile) : Othon*, une dame de Desjardins, Otmar*, Ouen*, Outrille* Ovide* (deux fois), Odon*, Olga*, Pacifique*, Pacôme*

Jour 31

Chers amis,

Montréal est devenue une ville fantôme, mais autour du lieu de la vigile, il se passe beaucoup de choses.

Les deux centres d’avortement sont opérationnels. Ce jour-là, j’ai estimé qu’entre 16 et 19 femmes y sont entrées. J’ai essayé de leur parler et j’ai réussi à trois reprises. D’abord, une femme, l’accompagnatrice d’une femme qui avait un avortement programmé, a croisé mon chemin et me fit savoir que l’enfant à naître était déjà mort. Un jeune homme, complice [de l’avortement], m’ignora alors que j’essayais de lui parler, tout comme un couple qui accompagnait une autre jeune femme.

Heureusement, j’ai pu donner deux chapelets à une femme post-avortement et à son complice. Enfin, je crois avoir vu l’avorteuse d’un des deux établissements, accompagnée de son mari chauffeur. Je saluai le chauffeur à son passage.

Une parabole — Il y avait deux villes. Toutes deux étaient infestées par le coronavirus. La première pensait avoir la solution. Le maire demanda à tout le monde de rester à la maison, ce qui eut pour effet de paralyser l’économie. Et le virus ne s’arrêta pas. Dans la seconde ville, le maire avait une solution différente, demandant l’intercession de Dieu. La ville ne fit rien et ignora le maire, le virus se répandit.

La couverture horaire : couverture complète de douze heures de la vigile extérieure.

Participants (visites : 10 aujourd’hui, pour un total de 343 depuis le début de la vigile) : Palémon*, une employée de Desjardins, Pammaque*, Pamphile*, Pancrace*, Pantaléon*, Panthène*, Pasteur* et Pascal*, tous deux chevaliers de Colomb, et Odile*.

Jours 32 et 33

Chers amis,

Les deux centres d’avortement étant fermés pendant la fin de semaine, notre apostolat consiste principalement à porter la parole de vie aux hommes et aux femmes qui passent par le lieu de la vigile. Le dimanche soir, avant de partir, un chauffeur de bus s’est approché de moi, intrigué par mes vues sur divers sujets — trisomie 21, viol, et autres [par rapport à l’avortement]. Je lui ai parlé du message pro-vie ainsi que de la foi catholique. Louons Dieu pour ces moments ainsi que pour les simples moments où nous sommes présents et vus.

Vous trouverez ci-dessous mes résumés quotidiens.

Jour 32, samedi 28 mars 2020 - Village de tentes pavillons

À mon arrivée, j’ai eu la surprise de voir des tentes pavillons installées sur la place Émilie-Gamelin. Près de 20 pavillons rouges et blancs ont été soigneusement disposés sur l’espace ouvert, réservé pendant les mois d’été aux concerts et autres événements. Au cours de la journée, je compris que l’espace servait à subvenir aux besoins des sans-abri locaux, en leur offrant un abri, ainsi que du café et une viennoiserie (le matin), et un sac-repas vers midi. Des bouteilles d’eau étaient offertes à ces deux moments.

Prophétie — Paphnuce* a appelé pour annoncer qu’après une période de temps, il avait discerné que je devrais abandonner le site par la volonté divine. Dans l’heure qui a suivi, un accident se produisit — la croix que je porte est tombée, brisant la pièce transversale dans l’impact avec le sol. Heureusement, Paschase* avait du ruban adhésif transparent qui me permit de faire une réparation temporaire.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures de la vigile extérieure.

Participants (visites : 17 aujourd’hui, pour un total de 360 depuis le début de la veillée) : Patrick*, Patient*, Ode* (aujourd’hui et hier), Patern*, Paulin*, Procope (Sorel)*, le chevalier de Colomb Paulien*, Philogone*, Paul*, Patrocle* et Pélage*, Pèlerin*, Odette*, Frère Pétronax*, Phanuel*, Olive*.

Jour 33, dimanche 29 mars 2020 — Journée de pluie

Pluie assez régulière du milieu de la matinée à la fin de la journée. Les vêtements ont tenu le coup pendant la majeure partie de la journée, mes pieds étant un peu détrempés quand je finis la journée.

Village de pavillons : La zone des sans-abri continue d’accueillir et de subvenir à leurs besoins au petit déjeuner et au dîner [canadiens, pas français]. Les voitures continuent d’être rares.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures de la vigile extérieure.

Participants (visites : 5 aujourd’hui, pour un total de 365 depuis le début de la vigile) : Pépin*, Pétrone*, Philogone*, Philippe*, Philémon*.

La vigile extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu’au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jour 29

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : AdobeStock

Chers amis,

Incroyable ! Je n’en crois pas mes yeux !

La pandémie a levé le voile sur l’activité des deux centres locaux d’avortement.

Les locataires des deux immeubles abritant les centres étant largement absents, on peut voir que ce sont surtout des femmes ou des couples qui entrent et sortent des bâtiments. Au début de la journée, une première vague est entrée entre 8 h et 9 h 30, puis une seconde entre midi et 13 h.

J’ai pu parler avec un père qui avait accompagné son épouse dans l’immeuble, mais qui a dû partir. Il avait garé son VUS sur la rue Sainte-Catherine et a accepté de me parler lorsque je l’ai abordé. Avec un cœur contrit, il m’a dit que la condition cardiaque de sa femme nécessitait l’avortement de ce troisième enfant pour préserver sa vie. Je crois en sa sincérité, mais je doute de la pertinence de sa déclaration.

Par ailleurs, malheureusement, le couple dont j’ai parlé hier était de retour aujourd’hui.

Commentaire entendu : Un employé de la STM, visiblement découragé, que je croisais me cria : « Où est Dieu dans tout ça ? » Ma conviction est que Dieu est omniprésent, présent notamment parmi ses enfants qui souffrent... dans les tranchées avec les soldats, parmi les lépreux, les pauvres, les petits, offrant Son réconfort.

Demande de prière : Sean reste dans nos prières. D’après ses derniers mots, il a passé la nuit à la Mission Old Brewery avant de prendre le bus pour les Maritimes jeudi. Ce jour-là, j’ai appris qu’un résident de l’OBM avait le virus. En raison de la proximité des locaux d’habitation là-bas, la santé de Sean et des autres résidents est en danger [si danger il y a].

Couverture horaire : horaire de douze heures de vigile couvert au complet. De 7 heures à 19 heures.

Participants (visites : 10 aujourd’hui, pour un total de 322 depuis le début de la veillée) : Omer*, Onuphre*, Optat*, Oreste*, Oscar*, Osée*, Osmond*, Frère Ostian*, Ombeline*, Oswald*.

La vigile extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu’au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jour 28

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : jcomp/freepik

Chers amis,

Se pourrait-il que nous soyons arrivés à un tournant ?

Hier, j’ai expliqué de quelle façon la pandémie actuelle m’a permis d’identifier plus facilement les femmes et les couples qui entrent dans les deux centres locaux d’avortement ; moins de personnes entrent dans ces bâtiments aux multiples locataires, ce qui les rend plus faciles à reconnaître.

Deux autres considérations sur les circonstances de la pandémie qui ont peut-être contribué à sauver un jeune enfant de l’avortement. Tout d’abord, les deux centres d’avortement ont mis en place une nouvelle politique selon laquelle, seule la femme ayant obtenu un rendez-vous est autorisée à entrer dans le centre [ainsi ils sont encore ouverts ! l’avortement serait-il « essentiel » en tout temps pour les avorteurs ?]. La personne qui accompagne la femme doit donc attendre à l’extérieur. Ce changement m’a donc donné une seconde chance d’attirer l’attention et de présenter le message pro-vie.

À cause de la pandémie, il y a une augmentation d’espace de stationnement autour du lieu de la vigile. Dans un cas, l’homme qui accompagnait la femme s’était garé à quelques mètres de l’endroit où je me trouvais et j’ai pu m’approcher de lui, qui restait assis dans son véhicule. Je fis un geste pour attirer son attention ; il fit un signe négatif. Je sortis alors pour lui tendre un déplient, que je porte sur moi, décrivant les effets néfastes de l’avortement ; pour cette seconde fois, il fit un signe de refus. Échec ?

J’ai alors demandé à un ami mendiant, qui flâne dans les environs de la station de métro, de prier avec moi pour ce cas.

Dans le temps d’une demi-heure, la femme était à nouveau sur le trottoir !

Demande de prière : Shawn a fait une troisième visite au lieu de la vigile. Il m’a confirmé avoir un billet de bus pour jeudi lui permettant de retourner dans les Maritimes et passer de la nuit à la Mission Old Brewery.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures, moins quinze minutes pour cause d’arrivée tardive sur les lieux.

Participants (visites : 14 aujourd’hui, pour un total de 312 depuis le début de la veillée) : Océan*, Octave*, Odilon*, Odon* (deux fois), Odoric* Odran*, Ogier* (deux fois), Olav*, Olinto*, Onésime*, un inconnu, Onésiphore*.

La vigile extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu’au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l’édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jour 27


40 Jour pour la Vie à Montréal, dans le fond, Chapelle Notre-Dame de Lourdes.

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : Augustin Hamilton/CQV

Chers amis,

Saint Paul écrit que nous devons nous armer de courage lorsque nous luttons pour le Seigneur (Éphésiens 6).

Ce jour-là, le courage a été mis à l'épreuve, de diverses manières.

Le responsable international de la vigile a suspendu la partie extérieure de celle-ci. 

L'après-midi, la neige tourbillonnait.

Les précautions contre le coronavirus diminuent notre impact sur le public et réduisent les rangs des volontaires priants, dont une femme qui a l'habitude de venir le matin.

Notre action auprès des femmes et des couples qui entrent dans les deux centres locaux d'avortement est [par contre] plus efficace. La diminution des travailleurs [en général] nous permet de mieux discerner le trafic piétonnier des deux établissements et d'attirer son attention. Bien que je ne puisse confirmer aucune transformation radicale de situation, les femmes ou couples choisissant d'annuler leur rendez-vous et de sauver leur enfant, l'augmentation des désistements est le signe de notre efficacité accrue.

Demande de prière : Nahum* s'est arrêté à la vigile pour demander le soutien de nos prières. Passant par Montréal sur le chemin du retour vers les Maritimes, il a exprimé sa consternation face à la fermeture des églises et à l'indisponibilité des sacrements. Heureusement, les volontaires priants qui l'ont accueilli étaient là pour le consoler.

Couvertu horaire : couverture complète de douze heures.

Participants (visites : 15 aujourd'hui, pour un total de 298 depuis le début de la vigile) : Nectaire*, Nathalie*, Nérée* (deux fois), Ninnoc*, Nadège*, Nestor*, Narsès*, Nicaise*, Nicéphore*, Nicétas*, Nicodème*, Nicole*, Ninian* et Nizier*.

La vigile extérieure se poursuit, un jour à la fois, jusqu'au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l'angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l'édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jours 23 à 26

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : Linkedin Sales Navigator/Unsplash

Chers amis,

J'inclus ci-dessous mes notes des deux derniers jours, car je me suis relâché hier, ne vous envoyant pas de courriel quotidien. Mea culpa.

JMJ
Brian

Jour 23, jeudi 19 mars 2020 — Conversion

Soleil voilé pendant la majeure partie de la journée. La prière était à l'ordre du jour, j'étais seul, mais la plupart du temps avec une ou deux personnes pour prier.

Témoignage : En fin d'après-midi, j'ai été abordé par un homme âgé d'origine moyen-orientale, comme je l'ai appris par la suite. D'allure distinguée, il a commencé à me poser une série de questions sur ce qui m'incitait à passer mon temps sur le trottoir, m'ayant vu assez souvent. La conversation se tourna du côté de ma foi et j'ai parlé selon le Credo. Ensuite, il a commencé à parler de son expérience de conversion de l'islam au christianisme. Un grave problème de santé l'avait amené à immigrer au Canada pour y recevoir un traitement médical, par la suite il contracta trois autres affections graves. Il souhaita mourir, mais non dans le suicide. Puis, un moment miraculeux, où il pria sainte Mère Teresa de Calculta, se produisit, transformant sa vie et lui rendant sa santé. En cherchant à comprendre ce qui lui était arrivé, il fut amené au Christ et reçut le baptême. Dieu soit loué.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures, moins soixante minutes pour le déjeuner. La chapelle [Notre-Dame de Lourdes] est restée fermée toute la journée.

Participants (visites : 12 aujourd'hui, pour un total de 241 depuis le début de la vigile) : Martinien*, Martine*, Matthieu*, Matthias*, Mathurin*, Maudez*, Maughold*, Maugan*, Frère Maur*, Maurice*, un étranger, Maurille*.

***

Jour 24, vendredi 20 mars 2020 — Pluie

Beaucoup de vent et de pluie aujourd'hui. Incroyable !

Échange philosophique : Notre présence amène beaucoup de gens à parler avec nous. Un premier monsieur fit allusion à la fin des temps et les réflexions dans les films hollywoodiens, en particulier la série Terminator. À la fin de la journée, quatre d'entre nous, des participants de la vigile et des sans-abri locaux, se sont réunis et ont discuté de sujets plus philosophiques.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures, moins une pause de quinze minutes l'après-midi. La chapelle est restée fermée toute la journée, mais une messe a été diffusée sur les ondes de Radio Ville Marie depuis la chapelle.

Participants (visites : 13 aujourd'hui, pour un total de 253 depuis le début de la vigile) : Maurin*, Maxellende*, Maxence*, Maixent* et Maxent*, Maxime* et son ami, Maximin* et Médard*, Médéric*, Frère Méen*, Melaine*, Melchior*.

La vigile se déroule jusqu'au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l'angle de la rue Sainte-Catherine Est et de la rue Berri, station de métro Berri-UQAM.

***

Chers amis,

J'apprends ce matin que le président de 40 Days for Life, Shawn Carney, a suspendu l'aspect public de la vigile — suivre ce lien pour la déclaration officielle.

Comme les deux centres locaux d'avortement restent ouverts et que les piétons continuent de circuler dans leur bâtiment respectif, je continuerai à prier à proximité, dans le respect des lois.

Dans le journal d'aujourd'hui, le gouvernement provincial a émis de nouvelles directives concernant les rassemblements sociaux autorisés et restreints. Celles-ci semblent contradictoires : elles autorisent les rassemblements en plein air et ceux liés au travail, en maintenant une distance de 2 mètres entre les personnes, mais interdisent tous les rassemblements, sauf exception.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de la fin de semaine.

JMJ
Brian

Jour 25, samedi 21 mars 2020 — Température inférieure à zéro et soleil éclatant

Les gars, il faisait vraiment froid quand le soleil se couchait ! Jour de prière.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures, La chapelle est restée fermée toute la journée, mais Maximilienne* m'a appelé pour me dire que deux fois par jour la messe est diffusée de là sur Radio Ville Marie - à 6h30 et 19h.

Participants (visites : 15 aujourd'hui, pour un total de 268 depuis le début de la vigile) : Melchisédek*, Mechtilde* et Mélèce*, Méliton* et Mellitus*, Ménas*, Mercure* et Mesmin*, Méthode*, Michée*, Michaël*, Miguel*, Miltiade* et Miroslav*, Modéran*.

***

Jour 26, dimanche 22 mars 2020 — De plus en plus désert

Un deuxième volontaire priant régulier a indiqué qu'il ne pouvait pas venir en raison du danger de coronavirus. La veille, un religieux a appelé pour dire que son supérieur lui avait demandé de ne pas participer à la vigile en raison de sa propension à attraper le virus.

Sinon, une journée ensoleillée mais froide n'a pas fait sortir les piétons comme elle l'aurait fait normalement. Le Coronavirus en influence beaucoup.

Couverture horaire : couverture complète de douze heures.

Participants (visites : 15 aujourd'hui, pour un total de 283 depuis le début de la vigile) : Modeste*, Ménehould*, Moïse*, Milburge*, Mencia*, Montfort*, Morand*, Mikaël* (orthodoxe russe), Narcisse*, Nathan*, Mélitine*, Mélanie*, Mordiern*, Nathanaël* et Nazaire*.

La partie extérieure de la vigile a été suspendue. S'il-vous-plaît, continuez à prier pour la fin de l'avortement jusqu'au dimanche 5 avril 2020.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie du carême 2020 — Jour 22

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la vigile des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : katemangostar/freepik

Chers amis,

Soleil voilé pendant la majeure partie de la journée. Deux chapelets donnés.

Au cours d'une journée de prière, deux incidents se sont produits.

Un esprit fermé ? — De retour au lieu de la vigile après une pause en milieu de matinée, croix et pancarte en main, je fus accueilli par le « Oh ! s'il vous plaît ! » et le regard consterné d'un homme d'une trentaine d'années sortant de son véhicule. Je lui répondis « Jésus vous aime », ce à quoi il rétorqua « vous ne croyez pas qu'il ressuscita vraiment ». Comme je commençais à lui parler du journaliste du New York Times qui avait cherché à démystifier la résurrection et qui finit par se convertir à la foi, il m'interrompit pour me dire qu'il n'avait pas le temps de discuter de la question. 

Brigade de prière. Pour une deuxième matinée consécutive, un petit groupe de chapelets improvisés s'est réuni dans le vestibule du métro, à côté du lieu de la vigile. Mardi, sept d'entre nous s'étaient réunis pour réciter le chapelet pendant que les usagers du transport en commun vaquaient à leurs occupations, et aujourd'hui, cinq de ces sept mêmes personnes se sont réunies à nouveau et nous récitâmes encore une fois des prières. Ces deux événements ont été de puissants témoignages pour le personnel de la commission de transport et pour les usagers.

Couverture : couverture complète de douze heures, moins soixante minutes pour le déjeuner. La chapelle est restée fermée toute la journée.

Participants (visites : 13 aujourd'hui, pour un total de 229 depuis le début de la veillée) : Mansuy*, Marcelline*, Mamert* (deux fois), Marguerite*, Marin*, Marius*, Malo*, Martial*. Martin*, Martinien*, Frère Materne*, Marthe*.

La vigile se déroule jusqu'au dimanche 5 avril 2020, tous les jours de 7 h à 19 h, à l'angle des rues Sainte-Catherine Est et Berri, devant l'édifice de la station de métro Berri-UQAM.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article. — A. H.

Réagir Partagez