Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 2 : Journée de prière


Pèlerinage pour la Vie du 19 septembre 2020 à Montréal.

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal

Journée de prière

Résumé

Jeudi, 24 septembre 2020

Temps et températures

Températures douces (autour de 20 °C) ; ciel couvert avec le soleil apparaissant de temps à autre ; pluie vers 10 h, parfois forte, pendant 20 minutes.

Participants

Sabin*, Rufin* ; Sadoc*, Saëns*, Rodène*, Rita*, l’Abbé Rioux*

Heures de la Vigile

6 h 30 à 18 h 45

Mendiants

Rudolf*, Salvian*

Prières

Neuvaine et chapelet de saint Michel ; les Saintes Plaies ; les Sept Douleurs ; le chapelet de l’Enfant Jésus ; un second chapelet ; le Chemin de Croix

Cliniques

Ouvertes — peu de gens sont entrés ; discussion avec un père de six enfants

Grâces collatérales

Avec Rodène* et Sadoc*, nous parlâmes à une femme dans la soixantaine qui était venue et qui s’adressa principalement à Rodène ; avec le Père Rioux, la soixantenaire s’arrêta pour poser des questions sur notre foi, disant que nous étions courageux ; trois membres de la Légion de Marie ont visité la Place ; le membre (Sancho*) d’une église évangélique m’a prêché le baptême en immersion totale.

La plus grande partie de la journée fut tranquille avec beaucoup de temps consacré à la prière. La circulation des piétons et des véhicules motorisés semblait plus calme que cela ne l’est généralement.

Il y eut un moment intense au début de la journée avec un père de six enfants. Sa partenaire et lui avaient une famille « reconstituée » — trois enfants étaient de lui, et trois d’elle. Elle allait avorter des jumeaux. L’homme s’est garé près de DaGiovanni, sur le côté sud de Sainte-Catherine. Il baissa sa fenêtre pour me parler et nous causâmes ensemble. Je lui posai des questions de base sur la famille — l’âge des enfants... Quand on lui eut demandé le pourquoi, il répondit que la femme sentait que six enfants, c’était déjà assez difficile comme cela. J’offris mon soutien, lui donnant des exemples vécus. Il lui envoya un message texte et discuta avec elle de notre offre. Quand je n’eus plus rien à dire, je m’agenouillai pour prier. Il s’en alla.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.


1 réaction

Svp vérifier votre courriel pour un lien pour activer votre compte.
  • Augustin Morin
    published this page in Blogue 40 jours 2020-09-25 13:26:48 -0400