Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 16 : Le conte de deux… groupes

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal ― Photo : Max Pixel

Jour 16 : Le conte de deux... groupes

Résumé

En revenant de la messe du soir, dans la dernière heure, heure et demie de la Vigile quotidienne, j’ai été abordé séparément par deux groupes de jeunes et leurs approches étaient manifestement opposées l’une à l’autre. Dans la première, j’ai été instrumentalisé ; dans la seconde, le sujet. Dans le premier, j’étais le protagoniste d’une satire, dans le second, j’étais estimé et approuvé.

Le premier groupe était composé de quatre jeunes d’une vingtaine d’années, trois garçons et une fille. Parlant au téléphone, je les avais remarqués à une dizaine de mètres d’où je me trouvais, en train de conspirer. Puis, la femme s’approcha, petite pancarte en main, et me l’offrit en disant « je vous donne mon choix », puis elle s’en alla rejoindre ses congénères. Dans toute cette mise en scène, un des gars filmait avec son téléphone portable.

Comme je parlais au téléphone à ce moment-là, je ne pus interagir avec la jeune femme qu’en levant l’index pour indiquer que je serais disponible dans une minute, geste qui ne produisit pas le résultat que je souhaitai, car ils furent partis avant la fin de la conversation téléphonique.

Le deuxième groupe était constitué de trois jeunes — deux filles et un gars — en fin d’adolescence. Une des jeunes femmes me demanda quel était le but de la croix de 1,80 m que je portais, et à partir de là la conversation se développa en abordant des points du sens de l’amour, de la foi et des relations entre garçons et filles. Alors que nous nous séparions, une des jeunes femmes sourit, disant qu’elle m’encourageait à continuer ce que je faisais.

Post-scriptum : Merci à vous pour vos prières et à saint Antoine au sujet de Scholastique* et de sa bicyclette perdue. Vos prières ont été exaucées. Vers 3 heures du matin le lendemain de la perte, un ange l’a réveillée en lui indiquant où se trouvait la bicyclette. Et aux premières lueurs du jour, elle a effectivement trouvé le vélo à l’endroit indiqué. Elle avait oublié qu’elle avait laissé sa bicyclette à la station de métro Beaubien ce matin-là plutôt qu’à la station Laurier comme à son habitude. « Myrtille Bleue » roule à nouveau !

Jeudi 8 octobre 2020

Croix : présente — 1er mystère glorieux, la résurrection

Temps et températures : nuages et soleil, très froid en fin de journée — 6 °C à la fin de la journée.

Participants : 6*, chapelet téléphonique de midi (2*), Roxane* (témoignage commun d’aide à une collègue de travail pour ne pas avorter d’un enfant), Sébastien* (par téléphone)

Heures : 7 h 5 à 19 h, moins une demi-heure pour la messe du soir.

Visiteurs : 6*

Prières : Saintes Plaies, chapelet de saint Michel, chapelet des Sept Douleurs, quatre chapelet, chapelet de la divine miséricorde, chemin de croix, chapelet de l’Enfant Jésus

Cliniques : ouvertes — conseils post-avortement donnés avec Sibylle*

Grâces collatérales : une femme d’environ 60 ans, Sarah*, me raconta son témoignage sur son passage de l’islam au christianisme en Algérie.

Trublions : une femme qui conduisait par là lança : « que Dieu vous pardonne ».


*Noms modifiés ou retirés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

1 réaction Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 15 : « Vous agissez avec violence ! »

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal ― Photo (couleurs modifiées) : stockking/Freepik

Jour 15 : « Vous agissez avec violence ! »

Mercredi 7 octobre 2020

Résumé

Beaucoup de pluie ce jour-là, régulière le matin et violente pendant un moment l’après-midi, me poussant à la nécessité de m’abriter plusieurs fois.

Journée marquante, favorable et non favorable. Le Père Séguin* s’est joint à la Vigile pendant près de quarante-cinq minutes à midi et beaucoup de choses se sont passées pendant que nous priions — voir ci-dessous.

Aussi, à la fin de la journée, alors que je me donnais une pose avec un morceau de carré de dattes, une jeune femme s’approcha de moi. En colère, elle me lança que j’agissais violemment envers les femmes. Après qu’elle fut partie et que je me fusse dominé, ces moments sont toujours éprouvants, je me dis qu’elle avait peut-être raison. Laissez-moi vous expliquer. L’origine latine du mot violence est la même pour l’homme : « vir ». La traduction anglaise en est « force ». Ainsi, cette jeune femme signalait que ma présence, ainsi que celle des autres personnes qui viennent prier sur le lieu de la Vigile a un impact, exerce une force, sur les femmes (et plusieurs hommes) qui nous voient. À cela, je dis « Loué soit Dieu ! »

Intention de prière : en fin d’après-midi, je reçus un mot de Salviane*, une vétérane de la Vigile, m’informant que sa bicyclette avait été volée. Elle l’avait laissée à la station Mont-Royal afin de se rendre à la Vigile en métro. Sur le chemin du retour, elle découvrit qu’elle avait disparu. Sa fille est en train d’en aviser le SPVM. S’il vous plaît, priez saint Antoine pour que « Myrtille Bleue » soit retrouvée.

Croix : présente ; 5e mystère douloureux, la Crucifixion

Temps et températures : nuageux avec des averses, le matin et l’après-midi (15 à 25 mm), assez fort par moments, 15°C au plus chaud.

Participants : 6*, et 4* pour un chapelet par téléphone

Heures : 7 h 45 à 19 h

Visiteurs : 5*

Prières : Saintes Plaies, chapelet de Saint-Michel, chapelet des Sept Douleurs, chapelet (5x), chapelet de la divine miséricorde, chemin de croix

Cliniques : ouvertes - plusieurs clientes vues y entrer

Grâces collatérales :

  • Couple se rendant à l’établissement Femina, suite au diagnostic d’un gynécologue d’une fausse-couche imminente.
  • pendant le chapelet avec le Père Séguin*, en deux occasions séparées, d’abord deux dames hispaniques puis deux jeunes hommes se sont arrêtés pour demander sa bénédiction.
  • Un homme d’environ 35 ans me raconta son histoire : une ex qui avait opté pour l’avortement ; ils se séparèrent par la suite, et à ce jour, elle reste sans enfant.
  • Un homme d’à peu près 23 ans, Louis-Joseph, vers la fin de la Vigile, me posa un questions-réponses divers de : polarisation, politique américaine...

Trublions :

  • Un cycliste d’environ 25 ans se mit à beugler en passant pendant le chapelet que je récitais avec l’abbé Séguin* qui, lui, bénit simplement l’homme.
  • Une femme d’environ 22 ans clama avec colère que j’étais violent envers les femmes. Lorsque je lui demandai en quoi je l’étais, elle répondit qu’elle ne se laisserait pas convaincre par moi.

*Noms modifiés ou retirés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

1 réaction Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 14

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal ― Photo : Pxfuel

Jour 14 : Sandra*

Résumé — deux témoignages de ces derniers jours me montrent à quel point la violence ou la souffrance est commune à nos familles. Salvine* me raconta son histoire d’avortement, et de lutte avec l’agence de protection de la jeunesse au sujet de ses deux enfants vivants, et mit en contexte le fait d’avoir grandi dans une famille où il y avait de la négligence et de l’abus maternels. Hier, Sandra* me parla de son fils de huit ans mort d’un cancer, les difficultés de son autre fils depuis cette mort et sa consommation de drogues. Veuillez s’il vous plaît prier pour ces deux femmes et pour notre lutte collective.

Mardi 6 octobre 2020

Temps et températures : Principalement nuageux le matin ; mélange de soleil et de nuages dans l’après-midi

Participants : 11*

Heures : 7 h 30 à 19 h

Visiteurs : 9*

Prières : Saintes Plaies, chapelet de Saint-Michel, chapelet des Sept Douleurs, 1er chapelet, chapelet de la miséricorde divine, 2e chapelet, chemin de croix

Cliniques : ouvertes — plusieurs clientes vues y entrer — vers 13 h 30 : j’ai vu trois dames dont deux dans la vingtaine et une autre dans la quarantaine, toutes sont entrées au 1265 puis deux sont sorties ; les deux dans la vingtaine se sont embrassées familièrement avant d’entrer.

Grâces collatérales : Suliman*, musulman, a parlé avec moi pendant dix minutes sur la foi de R. C. Sproul et sur les religions islamiques (R. C. S. et pentecôtiste) et au sujet de deux enfants aux mains de la DPJ, et à propos et d’une conjointe qui est sataniste.

Trublions : une femme d’environ 22 ans cria quelque chose plaintivement à propos de femmes mourant.


*Noms modifiés ou retirés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

1 réaction Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 10 : histoires d’avortement

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal ― Photo : Depositphotos

Jour 10 — vendredi 2 octobre 2020 — Quelques témoignages

Résumé

Le premier témoignage eut lieu pendant la pause, alors que je parlais avec Sacha* l’itinérant et que je tenais une pancarte pro-vie. Sérapion* s’approcha pour en savoir davantage sur la pancarte. Après que je lui eus brièvement expliqué ce en quoi cela consistait, il me dit que sa fille fêterait ses six ans la semaine prochaine, une fille que lui et sa femme avaient tenté d’avorter, entreprise dans laquelle ils avaient échoué. Malgré leurs efforts, elle avait survécu et c’est sa joie aujourd’hui.

Le second survint alors pendant que je visitais la chapelle. Au moment où je partais, une femme âgée d’environ 75 ans qui m’avait vue sur le lieu de la Vigile parla de sa propre expérience de l’avortement pendant une jeunesse « malavisée », comme elle me l’expliqua. Elle s’était depuis convertie à la foi et regrettait sa ou ses décisions encore aujourd’hui.

Nota bene : Vers 16 heures, je reçus la visite de deux agents de sécurité de l’UQAM, séparément. Le premier m’aborda pour m’indiquer que je n’étais pas autorisé à me tenir sur la propriété de l’université ; aucune raison ne fut donnée. Il eut ensuite le culot de me suggérer de traverser la rue pour me rendre sur le côté est de la rue Berri. Comme je protestais, il me dit alors qu’un officier supérieur était en route et que je devais déménager le plus vite possible. L’agent de sécurité supérieur arriva effectivement — M. Légaré*. Il insista lui aussi pour que je ne me trouvasse pas sur la propriété de l’UQAM. Je demandai où se trouvait sur le trottoir la ligne de démarcation le sol public, libre de passage, et celui de l’école, sans obtenir de réponse claire. Il me dit, en guise de réponse, qu’il trouverait les plans pour me les montrer lundi prochain.

Temps et températures

La plupart du temps très humide et couvert, avec une éclaircie de 60 minutes pendant la dernière heure.

Participants

Septime*, Séraphin*, Salaberge*, Serge*, Abbé Tremblay*

Lire plus
1 réaction Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jours 3 à 9

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal ― Photo : UIHere

Jour 3

Vendredi 25 septembre 2020

Nous avons eu une sorte de retrouvailles hier à la Vigile.

Encore une fois, une journée tranquille pour les prières, bien que la première heure de notre garde, il y eût beaucoup de travaux de construction en cours. Je suppose qu’il y a eu un changement de quart de travail dans le pavillon de l’UQAM.

La visite de deux anciennes sentinelles de la Vigile — Salomon* et Sanche* — fut particulièrement réconfortante. Ni l’un ni l’autre ne restèrent longtemps, car d’autres obligations les appelaient. Mais ils se sont arrêtés pour dire bonjour.

JMJ

B

Temps et températures : températures plus froides (autour de quinze degrés) ; ciel couvert avec peu de soleil jusqu’au milieu de l’après-midi, moment à partir duquel il a semblé réchauffer l’endroit.

Participants : Samuel*, Salvador* ; Réparate*, l’Abbé Simard*, Salvator*, Salvian*

Heures : 6 h 30 à 19 h

Mendiants : Sandro*, Sam*, Rachilde*

Prières : neuvaine et chapelet de saint Michel ; les Saintes Plaies ; les Sept Douleurs ; le chapelet de l’Enfant Jésus ; un second chapelet ; le chemin de croix

Cliniques : ouvertes — peu de gens y entrent

Grâces collatérales : un groupe d’évangélistes (6) est arrivé pendant la dernière heure de la Vigile, s’installant pour chanter des chants et distribuer des brochures.

Trublions : une femme d’environ 55 ans cria quelque chose sur la liberté de choisir.

***

Mon petit rapport sur la journée 8 des 40 Jours. ― A. H.

Jour 8

Mercredi 30 septembre 2020

Venant le matin à la Vigile, j’y ai trouvé Giacomo* et Samson* qui se tenaient là à l’angle des rues Berri et Sainte-Catherine, par un temps humide (il tombait une fine bruine), en compagnie d’un mendiant. Pour le peu de temps que je suis resté, nous priâmes le chapelet, et entonnâmes quelques chants et chansons, Samson* tenant absolument à les accompagner à l’harmonica !

Peu de piétons passaient sur les trottoirs, par contre une certaine quantité de voitures circulaient dans ce carrefour du centre-ville.

Quand le temps est autrement plus humide ou froid, il faut bien du courage pour rester plusieurs heures d’affilée dans un carrefour venteux, au milieu de gens indifférents ou hostiles, quoique dans ces conditions il sont plus rares.

***

(Rapport de Brian.)

Jour 9

Jeudi 1er octobre 2020 — Mémoire de sainte Thérèse de Lisieux

Plusieurs faits marquants

Les rats. Ils étaient peut-être dans les environs pendant les précédentes Vigiles et je ne les avais pas vus, mais cette année les employés de la ville refont le terrain de la Place Émilie-Gamelin, le site adjacent au lieu de la Vigile, j’ai remarqué des rats se débander dans les environs. C’est curieux, voir ces petites créatures de Dieu ne me répugne pas autant que je le pensais.

Télé-chapelet. À midi, deux compagnons de prière de Laval m’ont contacté pour une conférence téléphonique sur le Rosaire et, avec une autre personne sur place, nous avons récité tous les quatre les cinq mystères lumineux.

Finalement, non pas une fois, ni deux, mais trois fois, j’ai reçu des cadeaux des plus inattendus. Au cours de la Vigile, il ne se passe pas un jour sans que je fasse l’aumône à diverses personnes qui viennent me solliciter. Aujourd’hui, le premier du mois, jour où les prestations sociales mensuelles sont versées, trois de ces personnes sont venues me voir pour me rendre de l’argent, bien que ce ne fût pas prévu - d’abord 5 dollars, ensuite 10 dollars et puis 20 dollars. De plus, la deuxième personne, à l’aide d’un peu de Crazy Glue, a rétabli l’écusson de ma casquette de baseball qui pendait au plus mince des rubans adhésifs.

Résumé

Temps et températures : à part une éclaircie dans l’après-midi, la journée a été principalement nuageuse avec de nombreuses pauses ensoleillées, en particulier l’après-midi avec des températures plus fraîches que les jours précédents.

Participants : Santiago*, Saturnin*, Relinde*, Rufine*, M. St-Pierre*, Abbé Savard*, Saulve*

Heures : 7 h 20 à 19 h 10

Mendiants : Savinien* (présent depuis le début jusqu’au milieu de l’après-midi), Scott*, Sebald*, Sébastien*, Second*, Secondin*

Prières : chapelet de saint Michel ; chapelet de la divine miséricorde ; les Sept Douleurs ; chapelet de l’Enfant Jésus ; deuxième chapelet ; second chapelet de la divine miséricorde ; troisième chapelet ; chemin de croix

Cliniques : conseils donnés après avortement dans deux cas

Grâces collatérales : une femme âgée qui ne s’est pas nommée a fait un don (5 $). Un ex-militaire, chrétien, a raconté des histoires de combat en Bosnie.

Trublions :

  1. Une femme d’environ 25 ans est passée en nous filmant, moi et Rufine*
  2. Une femme de 22 ans nous photographia, tandis que j’étais avec Rufine*.
  3. Une femme de 24 ans manifesta fortement son hostilité, alors que je me trouvais avec Rufine*

*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

1 réaction Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 ― Jour 2 : Journée de prière


Pèlerinage pour la Vie du 19 septembre 2020 à Montréal.

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal

Journée de prière

Résumé

Jeudi, 24 septembre 2020

Temps et températures

Températures douces (autour de 20 °C) ; ciel couvert avec le soleil apparaissant de temps à autre ; pluie vers 10 h, parfois forte, pendant 20 minutes.

Participants

Sabin*, Rufin* ; Sadoc*, Saëns*, Rodène*, Rita*, l’Abbé Rioux*

Heures de la Vigile

6 h 30 à 18 h 45

Mendiants

Rudolf*, Salvian*

Prières

Neuvaine et chapelet de saint Michel ; les Saintes Plaies ; les Sept Douleurs ; le chapelet de l’Enfant Jésus ; un second chapelet ; le Chemin de Croix

Cliniques

Ouvertes — peu de gens sont entrés ; discussion avec un père de six enfants

Grâces collatérales

Avec Rodène* et Sadoc*, nous parlâmes à une femme dans la soixantaine qui était venue et qui s’adressa principalement à Rodène ; avec le Père Rioux, la soixantenaire s’arrêta pour poser des questions sur notre foi, disant que nous étions courageux ; trois membres de la Légion de Marie ont visité la Place ; le membre (Sancho*) d’une église évangélique m’a prêché le baptême en immersion totale.

La plus grande partie de la journée fut tranquille avec beaucoup de temps consacré à la prière. La circulation des piétons et des véhicules motorisés semblait plus calme que cela ne l’est généralement.

Il y eut un moment intense au début de la journée avec un père de six enfants. Sa partenaire et lui avaient une famille « reconstituée » — trois enfants étaient de lui, et trois d’elle. Elle allait avorter des jumeaux. L’homme s’est garé près de DaGiovanni, sur le côté sud de Sainte-Catherine. Il baissa sa fenêtre pour me parler et nous causâmes ensemble. Je lui posai des questions de base sur la famille — l’âge des enfants... Quand on lui eut demandé le pourquoi, il répondit que la femme sentait que six enfants, c’était déjà assez difficile comme cela. J’offris mon soutien, lui donnant des exemples vécus. Il lui envoya un message texte et discuta avec elle de notre offre. Quand je n’eus plus rien à dire, je m’agenouillai pour prier. Il s’en alla.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

1 réaction Partagez

Chroniques des 40 Jours pour la Vie, automne 2020 — Jour 1 : Jour béni

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : Piqsels

À Montréal et dans plusieurs centaines d’autres villes du monde ont débuté hier les 40 jours pour la Vie, une campagne de 40 jours de prière et de jeûne pour la fin de l’avortement. Dans chacune de ces villes, des personnes se relaieront pour assurer une présence priante devant un centre d’avortement pendant 12 heures par jour, 40 jours de suite. Faites attention que des interdictions d’approcher à telle ou telle distance peuvent être en vigueur selon les avortoirs. Au Québec, il est interdit de porter des insignes pro-vie ou de manifester à moins de cinquante mètres d’un lieu où des avortements sont perpétrés. Grosso modo, il est interdit d’être manifestement pro-vie dans ces périmètres.

Joignez-vous à une vigile, ou bien partez-en une ! Nous pouvons vous aider.

Si vous êtes à Montréal, nous serons au coin de Berri et Sainte-Catherine, de 7 h à 19 h, jusqu’au 1er novembre 2020. — A. H.

Une journée de chercheurs

Résumé

Mercredi, 23 septembre 2020

Temps et température

Grand changement de température en 12 heures ; ciel couvert, mais le soleil se dévoilait dans les déchirures des nuages, donnant beaucoup de chaleur.

Participants

Rodolphe*, Rodrigue* ; Rogatien*, Rogeleine*, Rachel*, Radegonde*, Restitude*, Reine*, l’Abbé Robitaille*.

Heures d’ouverture

6 h 30 à 19 h ; pause déjeuner, 12 h à 13 h

Mendiants

Roger*, Rolf*, Rotraud*.

Prières

Neuvaine et chapelet de Saint-Michel ; les Saintes Plaies ; chapelet ; second chapelet ;

Cliniques

Ouvert — une cliente probable

Grâces collatérales

Radegonde* s’est arrêtée pour distribuer des vêtements — chaussettes, sous-vêtements thermiques, sacs de couchage et manteaux d’hiver.

Chahuteurs

Violence : j’ai été témoin de deux incidents où des mendiants se sont montrés violents les uns envers les autres pour de la petite monnaie ; il n’était pas nécessaire d’appeler le SPVM car cette violence était plutôt occasionnelle ;

Journée bénie

Journée bénie car non seulement il y a eu plusieurs conversations, mais aussi parce que les personnes rencontrées étaient des gens qui cherchent. Tout d’abord, Reine* a participé à une conversation que j’avais avec Restitude* sur la façon dont Dieu agit dans sa vie ; Reine* nous a parlé sur ce sujet. Une deuxième conversation est survenue en fin d’après-midi avec un agent de sécurité de l’UQAM qui m’a interrogé sur le Jésus historique et les preuves de son existence. Puis, pancarte en main, Rosemonde*, une étudiante en journalisme est arrivée et nous avons discuté sur divers sujets concernant l’avortement et le choix de la femme ; j’ai perçu chez elle un degré modéré d’ouverture à l’écoute. Enfin, une jeune fille de 17 ans, vivant dans un foyer de groupe, s’est demandé si Jésus la détesterait si elle se faisait avorter. Je lui ai parlé de l’amour inconditionnel de Jésus pour elle et j’ai pensé par la suite que ce n’était pas la meilleure chose à faire car cela ne l’aura pas dissuadée. Je ne sais ce que j’aurais dû dire à une personne partisane de l’avortement et qui est suffisamment sensible pour s’inquiéter de ce qu’en penserait Jésus.


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

1 réaction Partagez

Pèlerinage pour la Vie : par les églises et les avortoirs

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur des 40 Jours pour la Vie à Montréal — Photo : Jordane Mathieu/Unsplash

Lettre du 20 septembre de Brian Jenkins aux participants du Pèlerinage pour la Vie. Le Pèlerinage pour la Vie consiste en une visite alternée à des églises, et à des lieux où l'avortement est perpétré (avortoirs, CHSLD, hôpitaux) — A. H.

Bonjour ou bonsoir à tous et chacun d’entre vous !

Il y a eu le Chemin de Croix hier, samedi 19 septembre, qui a débuté par la messe de 7 h 30 à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde. Ce fut la 1ère des 14 stations du Chemin de Croix pour la Vie. Méditations sur les 14 stations du Chemin de Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, récitation du Rosaire.

Quelques faits historiques... 14 stations (8 lieux saints + 6 lieux où l’on pratique des avortements). En tout 25 participants environ, de quelques origines différentes, on partagé avec nous des « Notre Père » et des « Je vous salue Marie » en français (bien entendu), en anglais, en latin, en espagnol, en polonais... et même en hébreu et en araméen (d’une dame qui a séjourné 2 ans en Israël). Même le soleil fut le bienvenu lorsqu’il apparut (disons que les maringouins ne nous ont pas embêtés en début de journée avec le froid qu’il faisait... lol !).

Merci à tous ceux qui ont prié en union avec nous, de chez soi et dans leur localité respective, pour le respect de la vie humaine de la conception à la mort naturelle. Un grand MERCI !

P.S. — N'oubliez pas que les 40 Jours pour la Vie débutent le 23 septembre ! — A. H.

1 réaction Partagez

Vigile 365 — Témoignage

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la Vigile 365 à Montréal — Photo : pch.vector/Freepik

Lettre de Brian Jenkins à deux participants de la Vigile 365. — A. H.

Salut Rolende* et Rodlan*,

Je me sens assez joyeux de notre témoignage public de ce matin. Merci à vous deux.

La présence de Rodrigue*, puis de Rébecca* et de Richilde* a été un cadeau et une bénédiction et, comme vous l’avez mentionné Rolende*, la présence de deux autres femmes était plutôt éloquente, ajoutant un nouvel accord à notre harmonie.

Les deux femmes ont dit qu’elles reviendraient les mercredis et samedis, car leurs voyages de foi les amènent en ville. Dieu soit loué !

Nous avons remué les cœurs, comme en témoignent la dame aux plantes et la dame au vélo qui se sont ouvertement opposées à nous, bien qu’aucune des deux n’eût voulu s’arrêter pour parler davantage.

Soyez béni Rodlan* pour les paroles aimables que vous avez adressées à la dame aux plantes [en réponse à un geste obscène de ladite dame]. Vous lui avez avez montré, non seulement à elle mais à moi aussi, votre appréciation de la beauté.

Combien d’autres âmes, bien qu’anonymes, ont été touchées par notre témoignage public ?

Rébecca*, pour l’un d’entre eux, a engagé la conversation avec l’un des itinérants de la rue, et tous deux, je crois, ont été touchés par la touche unique et rédemptrice du Seigneur.

Les allées et venues des cliniques semblaient très peu prometteuses pour leurs affaires, bien que beaucoup de femmes y fussent entrées.

À demain, si Dieu le veut.

JMJ


*Noms modifiés pour assurer la vie privée des gens mentionnés dans cet article, ou autres raisons. — A. H.

Réagir Partagez

Vigile 365 — Sur le chemin menant à l’avortoir

Rapport de Brian Jenkins, vice-président de Campagne Québec-Vie et organisateur de la Vigile 365 à Montréal — Photo : Pxfuel

Le mardi 25 août 2020 – Une matinée touchante

Température humide et chaude. De temps à autre les couples qui viennent aux cliniques d’avortement arrivent avant l’heure d’ouverture et doivent attendre sur le trottoir avant de poursuivre leur rendez-vous. Ce fut le cas ce matin. J’aperçus un jeune couple, début vingtaine, arriver et attendre devant l’immeuble. Cependant au lieu de rester là, comme beaucoup le font, ils décidèrent de prendre une marche. Leur parcours les amena à mes côtés, me permettant de les interpeller. « Connaissez-vous quelqu’une qui est enceinte ? » leur demandai-je en offrant un dépliant indiquant des moyens d’aide. La dame répliqua en larme qu’elle l’était. Mon dépliant toujours en main ne fut pas accepté. L’homme plutôt stoïque, impassible, m’ignora et n’interrompit point sa marche, la dame le suivait. Ils allèrent s’asseoir à l’ombre de la chapelle.

À ce moment deux « anges » arrivèrent — deux jeunes demoiselles. Elles s’arrêtèrent et me félicitèrent pour ma présence par de jolis sourires. L’une d’elles remarqua la Médaille miraculeuse que je porte au cou et exprima son accord. Puis, je sollicitai leur prière pour le jeune couple, leur décrivant les circonstances. Elles acceptèrent et, après un Pater et un Ave, continuèrent leur route. Quant au couple, après un délai, il reprit son chemin qui se termina à la clinique Morgentaler ou les deux se séparèrent, elle rentrant et lui demeurant sur le trottoir. Que le Seigneur envoie ses saints anges pour ces jeunes gens, afin qu’ils viennent à comprendre la grandeur et le miracle de la vie, pour en venir à la protéger.

JMJ

B

Réagir Partagez